Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Au Pays des Moines (Noli me Tangere)   By: (1861-1896)

Book cover

First Page:

Bibliothèque Sociologique Nº 25

Au Pays des moines

(Noli me tangere)

Roman Tagal

Par

José Rizal

Traduction et annotations de

Henri Lucas & Ramon Sempau

Ne vois tu pas comme tout se réveille? Le sommeil a duré des siècles, mais un jour la foudre est tombée et la foudre, en détruisant, a rappelé la vie.

José Rizal: Noli me tangere, cap. L.

Paris

P. V. Stock, Éditeur

(Ancienne Librairie Tresse & Stock)

8, 9, 10, 11, Galerie du Théatre Français

Palais Royal

1899

Les traducteurs et l'éditeur déclarent réserver leurs droits de traduction et de reproduction pour tous les pays, y compris la Suède et la Norvège.

Cet ouvrage a été déposé au Ministère de l'Intérieur (section de la librairie), en juillet 1899.

JOSÉ RIZAL

Dans cet horrible drame qu'est l'histoire de la Révolution philippine, une figure se détache, noble et pure entre toutes, celle de José Rizal.

Savant, poète, artiste, philologue, écrivain, qui sait quelles belles oeuvres, émancipatrices et fécondes, ce Tagal, cet homme de couleur, ce «sauvage», aurait pu donner à sa patrie et à l'humanité si la barbarie européenne ne l'avait stupidement tué?

C'était en effet un talent, une énergie, une force que ce jeune élève de l'Ateneo Municipal qui, à treize ans, à peine sorti de son pueblo natal de Calamba, composait un mélodrame en vers, Junto al Pasig, qu'applaudissait la société élégante de Manille; que cet adolescent qui, avec une ode, A la Jeunesse Philippine, remportait d'abord le premier prix au concours du «Liceo Artistico Literario», et triomphait encore dans un tournoi littéraire organisé à l'occasion du centenaire de Cervantes, avec une composition en prose, le Conseil des Dieux, empreinte du plus pur hellénisme.

Mais la pauvre science que les Jésuites plus généreux pourtant que leurs rivaux des autres Congrégations distribuaient avec parcimonie à leurs élèves ne pouvait lui suffire. Il lui fallait boire aux sources mêmes de la pensée; pour satisfaire cette âme ardente, il fallait toute la flamme de nos grands foyers scientifiques d'Europe. Et, en 1882, ayant à peine dépassé ses vingt ans, il part pour l'Espagne. A Madrid, il a rapidement conquis les grades de Docteur en Médecine et de Licencié en Philosophie et Lettres. Alors, il visite les grandes nations européennes, s'adonnant avec passion à la philologie. A ses deux langues maternelles, le tagal et le castillan, il avait, au cours de ses études classiques, joint le grec, le latin et l'hébreu; passionné pour la littérature et l'art dramatique de l'Empire du Soleil levant, il s'était familiarisé avec le japonais; maintenant c'est le français, c'est l'anglais, c'est l'allemand, c'est l'italien qu'il veut connaître, qu'il lui faut apprendre: il les apprend, il les connaît.

Il habite tour à tour Paris, Bruxelles, Londres, Gand, Berlin, les villes du Rhin, les bords des lacs de Suisse; il s'émerveille des grandeurs de Rome, se laisse charmer par la douceur du beau ciel italien; son esprit s'anime aux héroïques traditions de l'Helvétie, le poète s'intéresse, le rêveur s'émeut aux légendes fantastiques des noires forêts allemandes, des rives escarpées du vieux Rhin.

Mais il n'oublie pas son pays. Il souffre de voir que l'Europe l'ignore, que l'écho de ses souffrances ne traverse pas les larges Océans et pourtant... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books