Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

De l'éducation d'un homme sauvage ou des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l'Aveyron   By: (1775-1838)

Book cover

First Page:

DE L'ÉDUCATION D'UN HOMME SAUVAGE

DE L'ÉDUCATION D'UN HOMME SAUVAGE

OU

DES PREMIERS DÉVELOPPEMENS PHYSIQUES ET MORAUX DU JEUNE SAUVAGE DE L'AVEYRON.

Par E. M. ITARD, Médecin de l'Institution Nationale des Sourds Muets, Membre de la Société Médicale de Paris, etc.

Quant on dit que cet enfant ne donnait aucun signe de raison, ce n'est pas qu'il ne raisonnât suffisamment pour veiller à sa conservation; mais c'est que sa réflexion, jusqu'alors appliquée à ce seul objet, n'avait point eu occasion de se porter sur ceux dont nous nous occupons... Le plus grand fonds des idées des hommes est dans leur commerce réciproque.

CONDILLAC.

À PARIS, Chez GOUJON fils, Imprimeur Libraire, rue Taranne, Nº. 737.

VENDÉMIAIRE AN X. (1801).

Conformément à la loi du 19 juillet 1973, deux exemplaires ont été déposés à la Bibliothèque nationale, munis de nos signatures, comme ci dessous.

[Signé: Goujon fils] [Signé: Itard]

AVANT PROPOS

Jeté sur ce globe, sans forces physiques et sans idées innées, hors d'état d'obéir par lui même aux lois constitutionnelles de son organisation, qui l'appellent au premier rang du systême des êtres, l'homme ne peut trouver qu'au sein de la société la place éminente qui lui fut marquée dans la nature, et serait sans la civilisation, un des plus faibles et des moins intelligens des animaux: vérité, sans doute, bien rebattue, mais qu'on n'a point encore rigoureusement démontrée. Les philosophes qui l'ont émise les premiers, ceux qui l'ont ensuite soutenue et propagée, en ont donné pour preuve, l'état physique et moral de quelques peuplades errantes, qu'ils ont regardées comme non civilisées, parce qu'elles ne l'étaient point à notre manière, et chez lesquelles ils ont été puiser les traits de l'homme dans le pur état de nature. Non, quoi qu'on en dise, ce n'est point là encore qu'il faut le chercher et l'étudier. Dans la horde sauvage la plus vagabonde, comme dans la nation d'Europe la plus civilisée, l'homme n'est que ce qu'on le fait être; nécessairement élevé par ses semblables, il en a contracté les habitudes et les besoins; ses idées ne sont plus à lui; il a joui de la plus belle prérogative de son espèce, la susceptibilité de développer son entendement par la force de l'imitation et l'influence de la société.

On devait donc chercher ailleurs le type de l'homme véritablement sauvage, de celui qui ne doit rien à ses pareils, et le déduire des histoires particulières du petit nombre d'individus qui, dans le cours du 17e. siècle, et au commencement du 18e., ont été trouvés, à différens intervalles, vivant isolément dans les bois où ils avaient été abandonnés dès l'âge le plus tendre[1]. Mais telle était, dans ces tems reculés, la marche défectueuse de l'étude de la science livrée à la manie des explications, à l'incertitude des hypothèses, et au travail exclusif du cabinet, que l'observation n'était comptée pour rien, et que ces faits précieux furent perdus pour l'histoire naturelle de l'homme. Tout ce qu'en ont laissé les auteurs contemporains se réduit à quelques détails insignifians, dont le résultat le plus frappant et le plus général, est que ces individus ne furent susceptibles d'aucun perfectionnement bien marqué; sans doute, parce qu'on voulut appliquer à leur éducation, et sans égard pour la différence de leurs organes, le systême ordinaire de l'enseignement social. Si cette application eût un succès complet chez la fille sauvage trouvée en France vers le commencement du siècle dernier, c'est qu'ayant vécu dans les bois avec une compagne, elle devait déjà à cette simple association un certain développement de ses facultés intellectuelles, une véritable éducation, telle que l'admet Condillac[2], quand il suppose deux enfans abandonnés dans une solitude profonde, et chez lesquels la seule influence de leur co habitation, dût donner essor à leur mémoire, à leur imagination, et leur faire créer même un petit nombre de signes: supposition ingénieuse, que justifie pleinement l'histoire de cette même fille, chez laquelle la mémoire se trouvait développée au point de lui retracer quelques circonstances de son séjour dans les bois, et très en détail sur tout la mort violente de sa compagne[3]... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books