Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Ghislaine   By: (1830-1907)

Book cover

First Page:

OEUVRES COMPLÈTES D'HECTOR MALOT

GHISLAINE

PAR

HECTOR MALOT

PREMIÈRE PARTIE

I

Une file de voitures rangées devant le double portique de l'ancien hôtel de Brissac, devenu aujourd'hui la mairie du Palais Bourbon, provoquait la curiosité des passants qui savaient lire les armoiries peintes sur leurs panneaux, ou simplement les couronnes estampées sur le cuivre et l'argent des harnais: couronne diadémée et sommée du globe crucifère des princes du Saint Empire, couronne rehaussée de fleurons des ducs, couronne des marquis et couronne des comtes.

Un grand mariage.

Mais à regarder de près, rien n'annonçait ce grand mariage: ni fleurs dans la cour, ni plantes dans le vestibule, ni tapis dans les escaliers; comme en temps ordinaire, le va et vient continuel des gens qui montaient aux bureaux de l'état civil ou à la justice de paix, dont c'était le jour de conciliation sur billets d'avertissement et de conseils de famille.

Au haut de l'escalier, dans le grand vestibule du premier étage et dans les étroits corridors du greffe, ceux qui étaient appelés pour les conciliations et pour les conseils de famille attendaient pêle mêle; de temps en temps un secrétaire appelait des noms et des gens entraient tandis que d'autres sortaient dans l'escalier à double révolution. C'était un murmure de voix qui continuaient les discussions que la conciliation du juge de paix n'avait pas apaisées.

Le secrétaire cria:

Les membres du conseil de famille de la princesse de Chambrais sont ils tous arrivés?

Alors il se fit un mouvement dans un groupe composé de six hommes, d'une dame et d'une jeune fille qui attendaient dans un coin, et qu'à leur tenue, autant qu'à leur air de n'être pas là, il était impossible de confondre avec les gens de toutes classes qui encombraient la salle.

Oui, répondit une voix.

Veuillez entrer.

Mon oncle, dit la jeune fille en s'adressant à celui qui venait de répondre, lady Cappadoce demande si elle doit nous accompagner.

Ma foi, je n'en sais rien.

Puisque c'est le conseil de la famille, dit lady Cappadoce d'un air de regret et avec une intonation bizarre formée de l'accent anglais mêlé à l'accent marseillais, je suppose qu'il est mieux que je reste ici.

Probablement. Veuillez donc nous attendre. Prends mon bras, mignonne.

Tandis que les membres du conseil de famille suivaient le secrétaire, lady Cappadoce, restée seule debout au milieu de la salle, regardait autour d'elle.

Si madame veut en user, dit un tonnelier qui causait avec un croque mort assis à côté de lui sur un banc, on peut lui faire une petite place.

Merci.

Où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir. C'est de bon coeur.

Elle s'éloigna outragée dans sa dignité de lady que cet individu en tablier se permît cette familiarité, suffoquée dans sa pudibonderie anglaise qu'il lui proposât une pareille promiscuité; et elle se mit à marcher d'un grand pas mécanique, les mains appliquées sur ses hanches plates, les yeux à quinze pas devant elle.

Pendant ce temps le conseil de famille était entré dans le cabinet du juge de paix.

La ligne paternelle à droite de la cheminée, dit le secrétaire en indiquant des fauteuils, la ligne maternelle à gauche.

Prenant une feuille de papier, il appela à demi voix:

Ligne paternelle: M. le comte de Chambrais, oncle et tuteur; M. le duc de Charment, cousin; M. le comte d'Ernauld, cousin. Et mademoiselle? demanda t il en s'arrêtant.

Mademoiselle Ghislaine de Chambrais, pour l'émancipation de laquelle nous sommes ici, dit M. de Chambrais.

Très bien.

Puis se tournant vers la gauche, il continua:

Ligne maternelle: M. le prince de Coye, M. le comte de La Roche Odon, M. le marquis de Lucilière, amis.

Il vérifia sa liste:

C'est bien cela. M. le juge de paix est à vous tout de suite.

Assis à son bureau, le juge de paix était pour le moment aux prises avec un boucher, dont le tablier blanc, retroussé dans la ceinture, laissait voir un fusil à aiguiser les couteaux, et avec une petite femme pâle, épuisée manifestement autant par le travail que par la misère... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books