Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

L'Amérique sous le nom de Fou-Sang   By: (1787-1871)

Book cover

First Page:

NOTES DU TRANSCRIPTEUR:

La ponctuation a été normalisée. Les notes en bas de page sont renumerotées et placées à la fin de chaque section. L'orthographe de l'imprimeur a été conservée dans l'ensemble. Une liste de corrections se trouve à la fin du texte.

Marquage: italiques =gras=

L'AMÉRIQUE

SOUS LE NOM DE PAYS DE FOU SANG,

A T ELLE ÉTÉ

=CONNUE EN ASIE DÈS LE 5e SIÈCLE DE NOTRE ÈRE=.

IMP. DE HAUQUELIN ET BAUTRUCHE, RUE DE LA HARPE, 90.

L'AMÉRIQUE

SOUS LE NOM DE PAYS DE FOU SANG,

EST ELLE CITÉE, DÈS LE 5e SIÈCLE DE NOTRE ÈRE, DANS LES GRANDES ANNALES DE LA CHINE, ET, DÈS LORS, LES SAMANÉENS DE L'ASIE CENTRALE ET DU CABOUL, Y ONT ILS PORTÉ LE BOUDDHISME, CE QU'A CRU VOIR LE CÉLÈBRE M. DE GUIGNES, ET CE QU'ONT NIÉ GAUBIL, KLAPROTH ET M. DE HUMBOLDT?

DISCUSSION OU DISSERTATION ABRÉGÉE,

OU L'AFFIRMATIVE EST PROUVÉE,

PAR M. DE PARAVEY,

DU CORPS ROYAL DU GÉNIE.

[Greek: O Solon, Solon, Ellenes aei paides este.]

O Solon, Solon, vous autres Grecs, vous n'êtes que des enfans.

PLATON, Timée.

(Extrait du No de février 1844 des Annales de philosophie chrétienne .)

PARIS,

=CHEZ TREUTTEL ET WURTZ=,

Rue de Bourbon, no 17.

ET AU BUREAU DES ANNALES DE PHILOSOPHIE CHRÉTIENNE,

Rue Saint Guillaume (Fbg S. G.), no 24.

1844

L'AMÉRIQUE

SOUS LE NOM DE PAYS DE FOU SANG,

A T ELLE ÉTÉ

CONNUE EN ASIE DÈS LE 5e SIÈCLE DE NOTRE ÈRE[1].

Les savans de l'Islande et du Danemarck viennent de démontrer que les Scandinaves, longtems avant Colomb, visitaient les parties nord est de l'Amérique, y trouvaient des vignes sauvages et du raisin, et même avaient pénétré plus au sud, jusque dans le Brésil actuel.

Avant ces recherches toutes modernes, l'illustre Buffon, dans son Discours sur les variétés de l'espèce humaine , avait reconnu, comme M. de Humboldt l'a vu aussi postérieurement, que les peuplades du nord ouest de l'Amérique, et même du Mexique, avaient dû y venir de la Tartarie et de l'Asie centrale; et, s'appuyant sur les nouvelles découvertes des Russes, il traçait la route suivie par ces Asiatiques, les faisant arriver au nord ouest de la Californie, à travers le Kamtchatka et la chaîne des îles Aléoutes.

De son côté, M. de Guignes, compulsant les annales de la Chine, et par elles éclaircissant toutes nos origines européennes, y trouvait un fort curieux mémoire sur le pays de FOU SANG, ou pays de l' Orient extrême . Il s'aidait des lumières jetées par les Russes et les géographes les plus modernes sur les contrées extrêmes du nord est de l'Asie; et, dans un savant travail inséré au T. XXVIII des Mémoires de l'Académie des Inscriptions et des Belles Lettres , il prouvait, autant qu'on le pouvait faire alors, que ce pays de Fou sang , connu dès l'an 458 de J. C., riche en or, en argent et en cuivre, mais où manquait le fer , ne pouvait être autre que l' Amérique .

Toutes les Cartes grossières et altérées à dessein, quant à la grandeur des contrées étrangères, que nous avons pu recueillir dans les livres ou les recueils rapportés de Chine, et antérieures aux cartes exactes du Céleste Empire, dressées ensuite par les missionnaires de Pékin, offrent, en effet, à l'est et au nord est de la Chine, outre le Japon, marqué sous un de ses noms Gi Pen (Source du soleil), un amas confus de pays, dessinés comme de petites îles, sans doute parce qu'on pouvait y aborder par mer; et, parmi ces pays, dont l'étendue est diminuée à dessein , est marqué le célèbre pays de Fou sang , pays sur lequel on a débité, en Chine, bien des fables; mais qui, dans la Relation traduite par M. de Guignes, se présente sous un jour tout à fait naturel, et ne peut s'appliquer qu'à une des contrées de l'Amérique, si ce n'est même, comme nous le verrons, à l'Amérique entière.

Nous n'avons connu ces anciennes cartes Chinoises, dressées de manière à présenter l'Europe elle même, et toute l'Asie autre que la Chine, comme de très petits pays, que dans le voyage fait par nous à Oxford, dès 1830: nous les avons calquées à la Bibliothèque Bodléienne , et plus tard, notre savant ami, sir Georges Staunton , nous a donné une de ces cartes imparfaites... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books