Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

La Comédie de la mort   By: (1811-1872)

Book cover

First Page:

LA COMÉDIE DE LA MORT,

PAR THÉOPHILE GAUTIER.

1838.

PORTAIL.

Ne trouve pas étrange, homme du monde, artiste, Qui que tu sois, de voir par un portail si triste S'ouvrir fatalement ce volume nouveau.

Hélas! tout monument qui dresse au ciel son faîte, Enfonce autant les pieds qu'il élève la tête. Avant de s'élancer tout clocher est caveau,

En bas, l'oiseau de nuit, l'ombre humide des tombes; En haut, l'or du soleil, la neige des colombes, Des cloches et des chants sur chaque soliveau;

En haut, les minarets et les rosaces frêles, Où les petits oiseaux s'enchevêtrent les ailes, Les anges accoudés portant des écussons;

L'acanthe et le lotus ouvrant sa fleur de pierre Comme un lis séraphique au jardin de lumière; En bas, l'arc surbaissé, les lourds piliers saxons;

Les chevaliers couchés de leur long, les mains jointes, Le regard sur la voûte et les deux pieds en pointes; L'eau qui suinte et tombe avec de sourds frissons.

Mon oeuvre est ainsi faite, et sa première assise N'est qu'une dalle étroite et d'une teinte grise Avec des mots sculptés que la mousse remplit.

Dieu fasse qu'en passant sur cette pauvre pierre, Les pieds des pèlerins n'effacent pas entière Cette humble inscription et ce nom qu'on y lit.

Pâles ombres des morts, j'ai pour vos promenades, Filé patiemment la pierre en colonnades; Dans mon Campo Santo je vous ai fait un lit!

Vous avez près de vous, pour compagnon fidèle, Un ange qui vous fait un rideau de son aile, Un oreiller de marbre et des robes de plomb.

Dans le jaspe menteur de vos tombes royales, On voit s'entre baiser les soeurs théologales Avec leur auréole et leur vêtement long.

De beaux enfants tout nus, baissant leur torche éteinte, poussent autour de vous leur éternelle plainte; Un lévrier sculpté vous lèche le talon.

L'arabesque fantasque, après les colonnettes, Enlace ses rameaux et suspend ses clochettes Comme après l'espalier fait une vigne en fleur.

Aux reflets des vitraux la tombe réjouie, Sous cette floraison toujours épanouie, D'un air doux et charmant sourit à la douleur.

La mort fait la coquette et prend un ton de reine, Et son front seulement sous ses cheveux d'ébène, Comme un charme de plus garde un peu de pâleur.

Les émaux les plus vifs scintillent sur les armes, L'albâtre s'attendrit et fond en blanches larmes; Le bronze semble avoir perdu sa dureté.

Dans leur lit les époux sont arrangés par couples, Leurs têtes font ployer les coussins doux et souples, Et leur beauté fleurit dans le marbre sculpté.

Ce ne sont que festons, dentelles et couronnes, Trèfles et pendentifs et groupes de colonnes Où rit la fantaisie en toute liberté.

Aussi bien qu'un tombeau, c'est un lit de parade, C'est un trône, un autel, un buffet, une estrade; C'est tout ce que l'on veut selon ce qu'on y voit.

Mais pourtant si poussé de quelque vain caprice, Dans la nef, vers minuit, par la lune propice, Vous alliez soulever le couvercle du doigt,

Toujours vous trouveriez, sous cette architecture, Au milieu de la fange et de la pourriture Dans le suaire usé le cadavre tout droit,

Hideusement verdi, sans rayon de lumière, Sans flamme intérieure illuminant la bière Ainsi que l'on en voit dans les Christs aux tombeaux.

Entre ses maigres bras, comme une tendre épouse, La mort les tient serrés sur sa couche jalouse Et ne lâcherait pas un seul de leurs lambeaux.

A peine, au dernier jour, lèveront t ils la tête Quand les cieux trembleront au cri de la trompette Et qu'un vent inconnu soufflera les flambeaux.

Après le jugement, l'ange en faisant sa ronde Retrouvera leurs os sur les débris du monde; Car aucun de ceux là ne doit ressusciter.

Le Christ lui même irait comme il fit au Lazare Leur dire: Levez vous! que le sépulcre avare Ne s'entr'ouvrirait pas pour les laisser monter.

Mes vers sont les tombeaux tout brodés de sculptures, Ils cachent un cadavre, et sous leurs fioritures Ils pleurent bien souvent en paraissant chanter... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books