Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

La culotte du brigadier   By: (1827-1887)

Book cover

First Page:

LA CULOTTE DU BRIGADIER

Saint Maximin est une jolie et coquette petite ville de Province, pleine de soleil et d'ombrages, célèbre par son église aux allures de cathédrale et par le souvenir du brigadier Camaréon.

L'épopée de ce brave vétéran des guerres d'Afrique est décrite à la fresque par quatre grandes pages qui forment la paroi de la salle de la "Pomme de Pin", cabaret qui, il y a trente ans était le grand café de la bourgeoisie de l'endroit.

Le premier tableau représente un chien en arrêt et dans la pénombre ombreuse d'un sentier, la silhouette de deux gendarmes; dans le second, les deux gardiens de la paix publique sont au galop, poursuivis plutôt que suivis par le chien; le troisième fait assister les spectateurs à un repas que partage le chien; le quatrième, enfin, une sorte d'apothéose, nous montre le brigadier son chapeau brossé et carré sur la tête, encore tout botté, mais, en chemise, et l'arrière train d'un chien fuyant par un carreau de papier résolument traversé.

Ces fresques sont signées Lucoli, un peintre qui battait misérablement la campagne en 1846, et qui possède aujourd'hui un palais à Florence, sa patrie.

Or, voici l'aventure qu'elles racontent, aventure restée légendaire à Saint Maximin, à Puy Loubien, à Trets, et dans toute la vallée de l'Arc, célèbre par la victoire de Marius et la défaite des Cimbres.

M. Frédéric de Trets était un grand chasseur devant le Seigneur, aussi fier de la sûreté de son oeil que de son vieux compagnon Faro, magnifique chien d'arrêt qu'il se faisait gloire d'avoir dressé.

Un soir, il revenait, le carnier plein, de battre la plaine, lorsque au détour du chemin, il rencontra son voisin Sixte Choua. Sixte Choua était aussi un chasseur, mais chasseur d'oiseaux de passage, qu'il guettait nonchalamment de son poste; il avait, en outre pour la plus profonde aversion les chiens, qui ne sont bons, disait il, qu'à effaroucher le gibier et à le mettre en fuite.

M. Frédéric et Sixte Choua se serrèrent la main et firent route vers Trets. Faro, en chien bien dressé, marchait le nez sur les talons de son maître.

La conversation ne tarda pas à rouler sur la chasse, et Sixte Choua reprit sa thèse sur l'inutilité du chien.

M. Frédéric chercha à convaincre son compagnon en lui citant les prouesses de Faro; mais Sixte Choua avait son opinion faite et n'en voulait pas démordre. A chaque fait que lui citait M. Frédéric, Sixte Choua répondait:

C'est un pur hasard.

M. Frédéric était exaspéré.

Qu'entends tu par un pur hasard? s'écria t il.

Oh! rien.

Mais encore?

Eh bien, suppose une supposition: tu as la bouche ouverte, je te jette une cerise entre le nez et le menton; si elle ne tombe pas dans ta bouche, c'est par un pur hasard.

Tu es plus entêté que le bedeau de Peynier.

M. Frédéric s'arrêta, fit mine de charger son fusil; Faro, les yeux fixés sur lui, raidit son fouet.

Cherche! lui cria t il en lui désignant un champ de trèfle qui bordait la route.

Puis se tournant vers Sixte Choua:

Tiens, lui dit il, nous sommes seuls; Faro ne nous voit ni ne nous entend, n'est ce pas? Eh bien, regarde: je mets cette pièce de cinq francs sous cette pierre; nous allons rentrer à Trets, et j'enverrai Faro la chercher. Tu ne diras pas que c'est un pur hasard, ça?

Oh! pour ça non; ce ne sera pas un pur hasard.

Eh bien, partons, dit M. Frédéric.

Il siffla Faro, et ils se dirigèrent vers Trets, où ils arrivèrent à la nuit tombante.

En attendant le souper que préparait la ménagère, les deux amis s'assirent sur un banc qu'ombrageait un magnifique figuier et s'apprêtèrent à pétuner, comme disait M. Frédéric, qui avait la prétention d'être un beau parleur. Lorsque sa pipe fut bien allumée, il appela Faro, qui vint se placer entre ses jambes, et il le caressa.

Tu vois, Faro, dit il en montrant au chien une pièce de cinq francs, tu vois! J'en ai perdu une sur le chemin, va la chercher!

Faro donna quelques éclats de voix en bondissant pour indiquer qu'il avait compris; puis, prenant piste, le nez au ras du sol, il partit en courant... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books