Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

La guerre et la paix, Tome I   By: (1828-1910)

Book cover

First Page:

Comte Léon Tolstoï

LA GUERRE ET LA PAIX

TOME I (1863 1869) Traduction par UNE RUSSE

PREMIÈRE PARTIE

AVANT TILSITT

1805 1807

CHAPITRE PREMIER

I

«Eh bien, prince, que vous disais je? Gênes et Lucques sont devenues les propriétés de la famille Bonaparte. Aussi, je vous le déclare d'avance, vous cesserez d'être mon ami, mon fidèle esclave, comme vous dites, si vous continuez à nier la guerre et si vous vous obstinez à défendre plus longtemps les horreurs et les atrocités commises par cet Antéchrist..., car c'est l'Antéchrist en personne, j'en suis sûre! Allons, bonjour, cher prince; je vois que je vous fais peur... asseyez vous ici, et causons[1]....»

Ainsi s'exprimait en juillet 1805 Anna Pavlovna Schérer, qui était demoiselle d'honneur de Sa Majesté l'impératrice Marie Féodorovna et qui faisait même partie de l'entourage intime de Sa Majesté. Ces paroles s'adressaient au prince Basile, personnage grave et officiel, arrivé le premier à sa soirée.

Mlle Schérer toussait depuis quelques jours; c'était une grippe, disait elle (le mot «grippe» était alors une expression toute nouvelle et encore peu usitée).

Un laquais en livrée rouge la livrée de la cour avait colporté le matin dans toute la ville des billets qui disaient invariablement: «Si vous n'avez rien de mieux à faire, monsieur le Comte ou Mon Prince, et si la perspective de passer la soirée chez une pauvre malade ne vous effraye pas trop, je serai charmée de vous voir chez moi entre sept et huit. ANNA SCHÉRER[2].»

«Grand Dieu! quelle virulente sortie!» répondit le prince, sans se laisser émouvoir par cette réception.

Le prince portait un uniforme de cour brodé d'or, chamarré de décorations, des bas de soie et des souliers à boucles; sa figure plate souriait aimablement; il s'exprimait en français, ce français recherché dont nos grands pères avaient l'habitude jusque dans leurs pensées, et sa voix avait ces inflexions mesurées et protectrices d'un homme de cour influent et vieilli dans ce milieu.

Il s'approcha d'Anna Pavlovna, lui baisa la main, en inclinant sa tête chauve et parfumée, et s'installa ensuite à son aise sur le sofa.

«Avant tout, chère amie, rassurez moi, de grâce, sur votre santé, continua t il d'un ton galant, qui laissait pourtant percer la moquerie et même l'indifférence à travers ses phrases d'une politesse banale.

Comment pourrais je me bien porter, quand le moral est malade? Un coeur sensible n'a t il pas à souffrir de nos jours? Vous voilà chez moi pour toute la soirée, j'espère?

Non, malheureusement: c'est aujourd'hui mercredi; l'ambassadeur d'Angleterre donne une grande fête, et il faut que j'y paraisse; ma fille viendra me chercher.

Je croyais la fête remise à un autre jour, et je vous avouerai même que toutes ces réjouissances et tous ces feux d'artifice commencent à m'ennuyer terriblement.

Si l'on avait pu soupçonner votre désir, on aurait certainement remis la réception, répondit le prince machinalement, comme une montre bien réglée, et sans le moindre désir d'être pris au sérieux.

Ne me taquinez pas, voyons; et vous, qui savez tout, dites moi ce qu'on a décidé à propos de la dépêche de Novosiltzow?

Que vous dirai je? reprit le prince avec une expression de fatigue et d'ennui.... Vous tenez à savoir ce qu'on a décidé? Eh bien, on a décidé que Bonaparte a brûlé ses vaisseaux, et il paraîtrait que nous sommes sur le point d'en faire autant.»

Le prince Basile parlait toujours avec nonchalance, comme un acteur qui répète un vieux rôle. Mlle Schérer affectait au contraire, malgré ses quarante ans, une vivacité pleine d'entrain. Sa position sociale était de passer pour une femme enthousiaste; aussi lui arrivait il parfois de s'exalter à froid, sans en avoir envie, rien que pour ne pas tromper l'attente de ses connaissances. Le sourire à moitié contenu qui se voyait toujours sur sa figure n'était guère en harmonie, il est vrai, avec ses traits fatigués, mais il exprimait la parfaite conscience de ce charmant défaut, dont, à l'imitation des enfants gâtés, elle ne pouvait ou ne voulait pas se corriger... Continue reading book >>


Book sections



eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books