Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

La ruelle mal assortie ou entretiens amoureux d'une dame éloquente avec un cavalier gascon plus beau de corps que d'esprit et qui a autant d'ignorance comme elle a de sçavoir   By: (1553-1615)

Book cover

First Page:

LE TRÉSOR DES PIÈCES RARES OU INÉDITES.

LA RVELLE MAL ASSORTIE.

LA RVELLE MAL ASSORTIE

OV

ENTRETIENS AMOVREVX D'VNE DAME ELOQVENTE Auec vn Caualier Gascon plus beau de corps que d'esprit et qui a autant d'ignorance comme elle a de sçauoir,

PAR MARGVERITE DE VALOIS.

A PARIS, CHEZ AVGVSTE AVBRY, LIBRAIRE, RVE DAVPHINE, Nº 16. M DCCC LV.

Texte conforme à l'édition de 1644.

Tallemant des Réaux, dans l'historiette qu'il a consacrée à Marguerite de Valois, première femme de Henri IV, s'exprime ainsi: «Elle parloit phébus selon la mode de ce temps là, mais elle avoit beaucoup d'esprit. On a une pièce d'elle qu'elle a intitulée La Ruelle mal assortie , où l'on peut voir quel était son style de galanterie». Suivant les éditeurs de Tallemant, «cette pièce ne paroissoit pas avoir été imprimée.» Aussi M. F. Guessard, chargé par la Société de l'histoire de France, de donner une édition des Mémoires et des Lettres de Marguerite[1], fit, pour retrouver le texte de la Ruelle , de nombreuses recherches qui aboutirent enfin à la découverte d'une copie conservée dans les manuscrits de Fontanieu, à la Bibliothèque royale. Mais la Société, un peu trop prude de sa nature, ne permit pas à M. Guessard de joindre la Ruelle à son volume. Il put seulement la publier à part, et des exemplaires en furent distribués aux membres de la Société qui en firent la demande.

A l'époque où M. Guessard publia cette pièce, qu'il avait tant de raisons de croire inédite, un littérateur distingué, feu M. A. Bazin, adressa à M. Paulin Paris une lettre que celui ci a donnée, il y a quelques mois, dans son édition de Tallemant des Réaux. « La Ruelle , disait il, existait déjà imprimée, tout juste depuis deux siècles, dans un volume publié par le fécond Charles Sorel, et ayant pour titre: NOVVEAV RECVEIL DES PIECES LES PLVS AGRÉABLES DE CE TEMPS, EN SVITE DES IEVX DE L'INCONNV ET DE LA MAISON DES IEVX. Paris, chez Nicolas de Sercy, 1644. » La Ruelle en effet y figure à la page 95, et à la Table des pièces elle est annoncée en ces termes: La Ruelle mal assortie, ou Entretiens amoureux d'vne Dame Eloquente auec vn Caualier Gascon, plus beau de corps que d'esprit, et qui a autant d'ignorance comme elle a de sçauoir; Dialogue vulgairement appellé la Ruelle de la R. M.

M. Bazin ajoute ensuite avec raison que, «comparé au texte donné par M. Guessard, le texte de Sorel offre de nombreuses variantes, presque toujours à l'avantage de celui ci.» De plus, les répliques du cavalier y sont non pas en français, mais en ce langage franco gascon que l'on retrouve dans le Baron de Foeneste , et enfin, la dame y est désignée par le nom d' Uranie . L'auteur du DIVORCE SATYRIQUE faisait probablement allusion à LA RUELLE , lorsqu'il reproche à la princesse d'avoir «usurpé à tort le nom d' Uranie ».

Sorel, comme on vient de le voir, s'est borné à désigner la reine Marguerite, c'est à dire l'auteur de la Ruelle , par les deux initiales R. M. que ses contemporains expliquaient sans difficulté.

Il semble même, par un motif facile à concevoir, avoir cherché à déguiser encore l'origine de cet écrit assez compromettant pour la vertu d'une princesse de sang royal, première femme de l'aïeul du roi régnant: car dans une autre pièce de son recueil, le Jeu du Galand , qui précède immédiatement la Ruelle , il raconte les amusements « d'vne agreable compagnie, où quelques personnes récitoient des Dialogues qu'elles sçauoient par coeur, comme, par exemple, celui du Caualier Gascon et d'Vranie, fut representé par Dorilas et Bellinde; car Dorilas contrefaisoit le Gascon à merueilles, et Bellinde s'accorda à contrefaire la Dame amoureuse, pourueu que l'on exceptast les baisers et autres douceurs, voulant que l'on se contentast du recit, sans qu'aucune action au moins trop licencieuse y fut jointe: Toutefois Dorilas ne s'en contentoit guere, disant que c'estoit là vne comedie imparfaite... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books