Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Le Roi s'amuse   By: (1802-1885)

Book cover

First Page:

Victor Hugo

LE ROI S'AMUSE

1832

Table des matières

PERSONNAGES

I MONSIEUR DE SAINT VALLIER ACTE PREMIER

SCÈNE PREMIÈRE SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. SCÈNE V.

II SALTABADIL ACTE DEUXIÈME

SCÈNE PREMIÈRE. SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. SCÈNE V.

III LE ROI ACTE TROISIÈME

SCÈNE PREMIÈRE. SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV.

IV BLANCHE ACTE QUATRIÈME

SCÈNE PREMIÈRE SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. SCÈNE V.

V TRIBOULET ACTE CINQUIÈME

SCÈNE PREMIÈRE. SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. SCÈNE V NOTES

L'apparition de ce drame au théâtre a donné lieu à un acte ministériel inouï.

Le lendemain de la première représentation, l'auteur reçut de monsieur Jouslin de la Salle, directeur de la scène au Théâtre Français, le billet suivant, dont il conserve précieusement l'original:

«Il est dix heures et demie, et je reçois à l'instant l' ordre [1] de suspendre les représentations du Roi s'amuse.

«C'est monsieur Taylor qui me communique cet ordre de la part du ministre.

«Ce 23 novembre.»

Le premier mouvement de l'auteur fut de douter. L'acte était arbitraire au point d'être incroyable.

En effet, ce qu'on a appelé la Charte Vérité dit: «Les Français ont le droit de publier» Remarquez que le texte ne dit pas seulement le droit d'imprimer, mais largement et grandement le droit de publier . Or, le théâtre n'est qu'un moyen de publication comme la presse, comme la gravure, comme la lithographie. La liberté du théâtre est donc implicitement écrite dans la Charte, avec toutes les autres libertés de la pensée. La loi fondamentale ajoute: « La censure ne pourra jamais être rétablie. » Or, le texte ne dit pas la censure des journaux, la censure des livres , il dit la censure , la censure en général, toute censure, celle du théâtre comme celle des écrits. Le théâtre ne saurait donc désormais être légalement censuré.

Ailleurs la Charte dit: La confiscation est abolie . Or, la suppression d'une pièce de théâtre après la représentation n'est pas seulement un acte monstrueux de censure et d'arbitraire, c'est une véritable confiscation, c'est une propriété violemment dérobée au théâtre et à l'auteur.

Enfin, pour que tout soit net et clair, pour que les quatre ou cinq grands principes sociaux que la Révolution française a coulés en bronze restent intacts sur leurs piédestaux de granit, pour qu'on ne puisse attaquer sournoisement le droit commun des Français avec ces quarante mille vieilles armes ébréchées que la rouille et la désuétude dévorent dans l'arsenal de nos lois, la Charte, dans un dernier article, abolit expressément tout ce qui, dans les lois antérieures, serait contraire à son texte et à son esprit.

Ceci est formel. La suppression ministérielle d'une pièce de théâtre attente à la liberté par la censure, à la propriété par la confiscation. Tout notre droit public se révolte contre une pareille voie de fait.

L'auteur, ne pouvant croire à tant d'insolence et de folie, courut au théâtre. Là, le fait lui fut confirmé de toutes parts. Le ministre avait, en effet, de son autorité privée, de son droit divin de ministre, intimé l 'ordre en question. Le ministre n'avait pas de raison à donner. Le ministre avait pris sa pièce, lui avait pris son droit, lui avait pris sa chose. Il ne restait plus qu'à le mettre, lui poëte, à la Bastille.

Nous le répétons, dans le temps où nous vivons lorsqu'un pareil acte vient vous barrer le passage et vous prendre brusquement au collet, la première impression est un profond étonnement. Mille questions se pressent dans votre esprit. Où est la loi? Où est le droit? Est ce que cela peut se passer ainsi? Est ce qu'il y a eu, en effet, quelque chose qu'on a appelé la Révolution de juillet? Il est évident que nous ne sommes plus à Paris. Dans quel pachalik vivons nous?

La Comédie Française, stupéfaite et consternée, voulut essayer encore quelques démarches auprès du ministre pour obtenir la révocation de cette étrange décision; mais elle perdit sa peine... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books