Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Le possédé étude passionnelle   By: (1844-1913)

Book cover

First Page:

CAMILLE LEMONNIER

LE POSSÉDÉ

ÉTUDE PASSIONNELLE

PARIS

G. CHARPENTIER ET Cie, ÉDITEURS

11, RUE DE GRENELLE, 11

1890

Tous droits réservés.

LE POSSÉDÉ

.....l'obsession morne d'une contrée sans espoir, avec un déferlement de névés toujours plus loin. Et seulement, par dessus l'horreur du vide, un pic, comme une désolation plus haute, s'entourait d'un passage d'opaques et gélatineuses nuées sécrétées par l'ennui des cieux.

Rien, en ses lectures ni en son mode de vie, ne justifiait cette persistance de l'atterrant paysage; aucun souvenir non plus ne commémorait le legs d'un antérieur et polaire voyage. Le président Lépervié, foncièrement cagnard, d'ailleurs répugnait au tracas des périples. Sans récurrences, la nostalgique amertume de cette vision semblait d'autant plus extraordinaire.

En même temps, une mort partielle de proche en proche le rigidifiait; des glaçons charriaient en ses membres la paralysie; et toutefois, il subissait la contradiction de vivre à travers le remords de son être aboli.

Il s'imposa successivement les reins, l'épigastre, la nuque, sans qu'un indice certain s'en inférât. Non, s'avoua t il presque consterné, la souffrance ne vient pas de là. Et pourtant je suis malade. Depuis deux jours, tout m'affecte. Deviendrais je hypocondre?

Il se contraignit à un travail pénible, avança le bras pour s'emparer, par dessus un amas de livres encombrant le bureau ministre, d'une boîte d'allumettes suédoises. Mais, au moment d'allumer le carcel, il éprouva une telle lassitude de cette besogne inutile qu'il rejeta la boîte et se rentassa dans son fauteuil. «Et pourtant il vaudrait mieux faire de la lumière, je ne verrais plus cet odieux pays de neige qui toujours s'interpose entre les réalités et moi.»

À présent des titillations violentes lui gratillaient la paume des mains et les plantaires. Ses filandres se boulaient en une pelote que quelqu'un tirait avec force. Puis de longues aiguilles lui perforèrent le coeur; la pelote s'y dévidait par les trous, nouant cet organe essentiel comme une volaille percée par le coquetier; et un arrachement atroce le suppliciait, des doigts fouillaient les cavernes de sa poitrine, afin d'en extraire le coeur qui d'abord résistait.

Il s'étonna de n'éprouver aucun désordre tandis qu'enfin ce coeur s'en allait. Son corps, au contraire, brusquement s'allégeait comme si la source de toutes afflictions, le principe de toutes adversités, l'unique facteur des peines sans nombre qui ravagent la race adamique, du même coup s'anéantissait. «Il est donc avéré, pensa t il, que, le coeur en moins, l'humanité vivrait en paix sur le fumier de ses instincts. La damnation sous laquelle nous pantelons procède de son intervention malévole dans les choses de cette vie et de l'éternel leurre qu'il complote contre le parfait bonheur des certitudes.» Ce commentaire sembla corroboré par les subites et inexprimables délices d'une absolue quiétude. En cette approche de la béatitude, le souvenir d'une grande douleur traversée ne s'était pas effacé entièrement, mais, très lointain et émoussé, persistait comme un adjuvant aux blandices dans lesquelles son essence se volatilisait. Oui, c'est le paradis, songea t il. Il n'y a rien au delà d'une semblable sensation.

Cependant une créature sans visage portait son coeur dans ses mains et marchait à travers un pays illimité, sous la rancune plombée des cieux. À mesure, ce conoïde, si longtemps annexé à sa chair, assumait aussi une forme humaine; et tous deux à la fin incédaient côte à côte, ayant la même taille, pareillement dénués de visage. Il reconnut la contrée sans espoir, avec le déferlement des névés toujours plus loin; et ni l'un ni l'autre ne cessaient d'y avancer. Mais l'actuelle morphose de son coeur saignait sur la désolation des neiges une pluie de larmes rouges qui, tout de suite après, s'étoilaient en fleurs merveilleuses; et son compagnon se baissait, les récoltait, en serrait de larges gerbes dans ses bras... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books