Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

L'illustre corsaire   By: (1604-1686)

Book cover

First Page:

L'ILLUSTRE CORSAIRE, TRAGICOMEDIE DE MAIRET.

A PARIS,

Chez AUGUSTIN COURBÉ, Imprimeur & Libraire de Monseigneur Frere du Roy, dans la petite Salle du Palais, à la Palme.

M. DC. XXXX.

Avec Privilege de sa Majesté.

A MADAME, MADAME LA DUCHESSE D'ESGUILLON.

MADAME,

Il est constant que je vous ay des obligations infinies, & constant aussi que vostre Merite est infiniment au dessus de tous les Eloges que luy pourroit donner une plume comme la mienne; l'une & l'autre de ces veritez connuës, vous doit faire croire aisément, que dans la liberté que je prends de vous adresser cette Epistre, je recherche bien moins la gloire de vous loüer, que je n'évite la honte d'estre blasmé d'ingratitude; quoy qu'à dire vray, si j'en avois à recevoir le reproche, je l'attendrois plustost de la bouche de mes ennemis, que de celle de vostre Grandeur, tant pource que sa Vertu ne fut jamais solicitée par ces lasches motifs d'interest, ou de vanité, qui font agir la plus part de ceux qui sont en puissance d'obliger, que pource qu'il luy souvient rarement des graces qu'elle a conferées, soit que la quantité ne luy permette pas d'en tenir compte, ou soit par un talent de memoire tout particulier, laquelle ne luy manque jamais aux moindres occasions de faire du bien, & qui semble s'évanouïr immediatement apres le bienfait. Pleust à Dieu, MADAME, que les puissances de mon esprit fussent d'aussi grande estenduë que celles de ma volonté; il y a long temps que des preuves extraordinaires de tous les deux ensemble, vous auroient pour le moins asseurée que de toutes les qualitez qui regardent les bonnes moeurs, je n'en ay point de plus entiere, ny qui revienne davantage à la naturelle disposition de mon ame, que celle de la Reconnoissance. Mais il est vray que malgré les continuelles solicitations de mon Zele & de mon devoir, j'ay tousjours esté retenu par la crainte de vous les tesmoigner de mauvaise grace; estimant qu'en matiere de remercimens & de loüanges, un silence respectueux sied beaucoup mieux, qu'un Panegyrique imparfait, & qu'une action de graces qui n'est pas bien proportionnée à la grandeur de son sujet. J'ay conceu neantmoins, & disposé le dessein d'une occupation d'esprit, aussi considerable pour la noblesse de sa matiere, que pour la longueur de son travail; C'est là que ma Muse s'efforcera de tout son pouvoir de reconnoistre comme elle doit, la generosité de ceux qui l'ont obligée, & que par une raisonnable difference des Bien faicteurs & des Bien faits, elle aura soin de relever avec ordre & mesure, le merite des uns & des autres: Jugez, MADAME, si le rang que vous tenez en son estime, ne luy doit pas estre une regle, comme à vous une asseurance, de celuy qu'elle vous donnera dans son Ouvrage; En attendant treuvez bon, s'il vous plaist, qu'elle vous presente cettui cy, qui fut assez heureux pour paroistre à Ruel avec une particuliere approbation de son Eminence; Je mets plustost cette circonstance pour luy donner quelque recommandation aupres de vostre Esprit, que pour satisfaire à la vanité du mien: Il est vray que si quelque chose me pouvoit rendre vain jusques à l'excez, ce seroit infailliblement l'estime d'un si grand Homme, qui m'en peut honnorer quelque jour en consequence de la vostre; mais c'est un bien où je n'oserois jamais pretendre, puis qu'il faudroit necessairement le meriter, il me suffira donc de ceux que l'on peut acquerir à force de les souhaiter & de les demander ardamment; C'est en ce rang que je mets l'honneur de vostre bien veillance, & la permission de me dire avec respect,

MADAME,

De vostre Grandeur,

Le tres humble, tres obeïssant & tres obligé serviteur,

MAIRET.

ADVERTISSEMENT.

Comme ç'a tousjours esté mon opinion en suite de celle du Philosophe, que l'Invention est la plus noble & la plus excellente qualité du vray Poëte, je me suis pour le moins efforcé de m'en servir utilement en toutes les Pieces que j'ay données au Theatre; de là vient que je ne feray jamais difficulté de changer ny de multiplier les plus notables Incidents d'un Sujet connu, pourveu que cette ingenieuse liberté ne serve pas seulement beaucoup à l'Embellissement ou à la Merveille, mais encore à la Vray semblance du Poëme, à laquelle je fay profession de m'attacher sur toutes choses, & plustost mesme qu'à la Verité; estimant apres le premier Maistre de l'Art, que le vray semblable appartient proprement au Poëte, & le veritable à l'Historien... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books