Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Poésies érotiques   By: (1753-1814)

Book cover

First Page:

POÉSIES ÉROTIQUES,

Par M. le Chevalier DE PARNY.

À L'ISLE DE BOURBON.

M. DCC. LXXVIII.

POÉSIES ÉROTIQUES.

À ÉLÉONORE.

Aimer à treize ans, dites vous, C'est trop tôt: eh, qu'importe l'âge? Avez vous besoin d'être sage Pour goûter le plaisir des fous? Ne prenez pas pour une affaire Ce qui n'est qu'un amusement; Lorsque vient la saison de plaire, Le coeur n'est pas long tems enfant.

Au bord d'une onde fugitive, Reine des buissons d'alentour, Une rose à demi captive S'ouvroit aux rayons d'un beau jour. Égaré par un goût volage, Dans ces lieux passe le zéphir Il l'apperçoit, et du plaisir Lui propose l'apprentissage; Mais en vain: son air ingénu Ne touche point la fleur cruelle. De grâce, laissez moi, dit elle; À peine vous ai je entrevu. Je ne fais encor que de naître; Revenez ce soir, et peut être Serez vous un peu mieux reçu. Zéphir s'envole à tire d'aîles, Et va se consoler ailleurs; Ailleurs, car il en est des fleurs À peu près comme de nos Belles. Tandis qu'il fuit, s'élève un vent Un peu plus fort que d'ordinaire, Qui de la Rose, en se jouant, Détache une feuille légère; La feuille tombe, et du courant Elle suit la pente rapide; Une autre feuille en fait autant, Puis trois, puis quatre; en un moment, L'effort de l'aquilon perfide Eut moissonné tous ces appas Faits pour des Dieux plus délicats, Si la Rose eut été plus fine. Le zéphir revint, mais hélas! Il ne restoit plus que l'épine.

LE LENDEMAIN.

Tu l'as connu, ma chère Éléonore, Ce doux plaisir, ce péché si charmant Que tu craignois, même en le désirant; En le goûtant, tu le craignois encore. Eh bien, dis moi; qu'a t il donc d'effrayant? Que laisse t il après lui dans ton ame? Un léger trouble, un tendre souvenir, L'étonnement de sa nouvelle flâme, Un doux regret, et sur tout un désir. Déjà la rose aux lis de ton visage Mêle ses brillantes couleurs; Dans tes beaux yeux, à la pudeur sauvage Succèdent les molles langueurs, Qui de nos plaisirs enchanteurs Sont à la fois la suite et le présage.

Déjà ton sein doucement agité, Avec moins de timidité, Repousse la gaze légère Qu'arrangea la main d'une mère, Et que la main du tendre amour, Moins discrete et plus familière, Saura déranger à son tour. Une agréable rêverie Remplace enfin cet enjoûment, Cette piquante étourderie, Qui désespéroient ton Amant; Et ton ame plus attendrie S'abandonne nonchalamment Au délicieux sentiment D'une douce mélancolie. Ah! laissons nos tristes censeurs Traiter de crime abominable Ce contrepoids de nos douleurs, Ce plaisir pur, dont un dieu favorable Mit le germe dans tous les coeurs. Ne crois pas à leur imposture; Leur zèle barbare et jaloux Fait un outrage à la nature; Non, le crime n'est pas si doux.

À ÉLÉONORE.

Dès que la nuit sur nos demeures Planera plus obscurément; Dès que sur l'airain gémissant Le marteau frappera douze heures; Sur les pas du fidèle Amour, Alors les plaisirs par centaine Voleront chez ma souveraine, Et les voluptés tour à tour Défileront devant leur Reine; Ils y resteront jusqu'au jour; Et si la matineuse aurore Oublioit d'ouvrir au soleil Ses larges portes de vermeil, Le soir ils y seroient encore.

À LA MÊME.

Ô la plus belle des maîtresses, Fuyons dans nos plaisirs la lumière et le bruit; Ne disons point au jour les secrets de la nuit; Aux regards inquiets dérobons nos caresses... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books