Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Point de lendemain   By: (1747-1825)

Book cover

First Page:

POINT DE LENDEMAIN

CONTE

«La lettre tue et l'esprit vivifie.» (H. D. S. P.)

STRASBOURG

M. D. CCC. LXI

Réimpression de l'édition de 1812, tirée à très petit nombre.

«Une femme d'esprit est un diable en intrigue; Et, dès que son caprice a prononcé tout bas L'arrêt de notre honneur, il faut passer le pas.»[1]

Cette pensée est justifiée par le petit conte Point de Lendemain , une des intrigues les plus piquantes qur le spirituel Causeur du Lundi ait signalées à la curiosité de ses nombreux lecteurs dans un article sur Charles Nodier.[2]

« Le dernier chapitre de mon roman[3] écrivait M. Sainte Beuve en 1840, est une réminiscence très égayée d'une génération légère, qui avait eu, comme Nodier l'a très bien dit, Faublas pour Télémaque . J'aime peu à tous égards ce dernier chapitre , si spirituel qu'il soit, il rappelle trop son modèle par des côtés non seulement scabreux, mais un peu vulgaires. Je ne sais en ce genre de vraiment délicat que le petit conte Point de Lendemain de Denon, qu'on peut citer sans danger, puisqu'on ne trouvera nulle part à le lire.»

Si M. Sainte Beuve ne s'était occupé que du dernier chapitre de mon roman , il n'aurait pas, d'abord excité la curiosité en citant un livre dont la lecture paraît à son avis offrir des dangers, puis commis une erreur, car, tout le monde peut trouver à lire ce conte, et enfin, ce qui est plus sérieux, fait naître dans l'esprit de ses lecteurs l'idée, que lui même a lu d'une manière bien superficielle certains ouvrages auxquels il a cependant consacré des articles de critique.

Il y a même lieu de s'étonner que M. Sainte Beuve n'ait pas remarqué dans la Physiologie du mariage , dont il avait cependant déjà parlé en 1834, ce petit conte « vraiment délicat » intercalé presqu'en entier par Balzac dans « cette macédoine de saveur mordante et graveleuse qui annonce un compatriote bien appris de Rabelais, ou du moins de Béroalde de Verville. »[4]

On pourrait encore ne pas être de l'avis de M. Sainte Beuve au sujet de Point de Lendemain , car un conte n'est « vraiment délicat » qu'autant que le coeur y joue un rôle, et dans celui ci le coeur est remplacé par l'esprit. Mais n'ergotons pas à ce sujet, et remercions plutôt M. Sainte Beuve qui est une autorité en matière de critique, d'avoir appelé l'attention de maint bibliomane sur la petite édition de Denon aujourd'hui une rareté bibliographique.

Le bibliophile Jacob[5] va maintenant nous faire connaître comment Balzac a été amené à commettre une intercalation .

«En 1830[6] un exemplaire de ce conte fut communiqué à Balzac, par le baron Dubois, chirurgien de l'empereur, et Balzac enchanté de la conquête de cet opuscule, qu'on lui donnait comme entièrement inconnu, ne se fit pas scrupule de l'admettre dans le second volume de la Physiologie du mariage en y faisant quelques retouches et sans dire la source de son heureux larcin.»

On trouve dans la Physiologie du mariage [7] les circonstances qui ont amené la publication de cet opuscule par Denon.

«Un jour, à la fin d'un repas donné à quelques intimes par le prince Lebrun, les convives, échauffés par le champagne, en étaient sur le chapitre intarissable des ruses féminines. La récente aventure arrivée à Mme la comtesse R. S. D. J. D. A.[8] à propos d'un collier, avait été le principe de cette conversation. Un artiste aimable, un savant aimé de l'empereur, soutenait vigoureusement l'opinion peu virile, suivant laquelle il serait interdit à l'homme de résister avec succès aux trames ourdies par la femme. J'ai heureusement éprouvé, disait il, que rien n'est sacré pour elles......

«Les dames se récrièrent. Mais je puis citer un fait. C'est une exception!

«Écoutons l'histoire!... dit une jeune dame.

«Oh, racontez nous la! s'écrièrent tous les convives.

«Le prudent vieillard jeta les yeux autour de lui, et après avoir vérifié l'âge des dames, il sourit en disant: Puisque nous avons tous expérimenté la vie, je consens à vous narrer l'aventure... Continue reading book >>




eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books