Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Silence En Otage   By:

Book cover

First Page:

Silence en otage, poésie by Huguette Bertrand

RACINE

Au mouvement des sources nos mères spongieuses à la terre enracinées s'agrippent aux foetus déjà mûrs de l'automne achevé

entre leurs cuisses le balbutiement des multitudes jusqu'à la lie des voix

RETOUR

Arrachés aux saisons les cris d'un fleuve usent les paysages l'eau de l'enfance

sculpté de larmes ce ruisseau sacré pose nonchalant

et belle sera la passion d'un verger secret et belle la clarté du nombre des jours

DISTANCE

Blottie dans un silence la phrase amoureuse consent à l'existence à ses métamorphoses créant un rêve décuplé maintenu à une distance parfaite

ses manières retardent la venue des saisons mortes sur la feuille usée conjuguent la détente à la verdeur des amants convaincus que les vaches paissent aux flancs des heures

NOIRTÉ

Une totalité une précision un mot total et précis qu'une nuit galvaude dans le silence des garde robes sous la toison lunaire camoufle l'usure des pyjamas

il meurt content ce génie de l'ombre dont la phrase a chuté dans les abysses de la lumière chef d'oeuvre ailé emprisonné dans la parole

il fait toujours monstre luit le noir

SONGES

Sous la mer moutonneuse des petites morts amoureuses chevelures d'algues reliées au visage immolé de l'otage leurs jeux tentaculaires

tout en songes et rond le jour le corps gercé de mots mâles et femelles remue les os

SOUFFLE

Allongés sur une solitude des coeurs entassés proclament un vertige ancien que seul le silence afflige

obsédées leurs lèvres d'argile enfièvrent les dépouilles provocantes

engourdissement du paysage émerge un souffle bleu cri

EXCÈS

Jusqu'à la fin du corps cette senteur d'épouvante décapant à la rude tâche de nos amours grattant l'éternité

inquiétantes silhouettes au matin s'enflent roses elles maquillent leurs cris d'un excès d'au delà

LES ABSENTS

En regard de nos mains recueillies les musiques ont sombré dans une vaste mare de boue et tous les yeux ont suivi la silhouette du silence vers des ombres à rayures d'enfants sales ont pillé tous les jeux des absents

MUTILATION

Vieil azur le corps mime la mort la peur figée sur l'oeil

au temple des lèvres le dernier cri du temps mutilé

saccagé le vide explore le fruit d'un bruit de chair la douleur immolé

ENVOL

Un discours un espace blanc et tout ce remplissage du silence qu'on verse sur le père la mère les enfants et mémère dans la dramaturgie ordonnée multipliée par l'espace temps

on le retrouve en double en triple en quadrimoteur sur les ailes du langage elle flotte sur la masse totale du poème étriqué(e)

LES VIEUX

Jeunes dieux fripés ils pratiquent le silence les vieux dans le bar enfumé de leurs rêves font profession de mémoire et c'est dans la rosée de leurs regards que trempent nos coeurs délicats

les vieux vont et reviennent traversent nos pas endoloris de l'épaule à la hanche ont le trépas allongé et le sourire fleuri

lorsqu'ils viennent tout près les vieux leurs mots saignent d'azur sur nos couchants

récifs argentés des échouages qu'un poil de chat fait éternuer

LA REPOUSSE

Couchée dans le duvet de l'automne je crie en silence sous le pluie verte et sourde mon corps détrempé ramollit et que viennent les mouches braconner sur les restes de ma folie

entourez moi de vos bruits d'ailes enterrez moi comme un hasard jusqu'à la prochaine repousse

Provided by LoyalBooks.com Continue reading book >>





Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books