Books Should Be Free is now
Loyal Books
Free Public Domain Audiobooks & eBook Downloads
Search by: Title, Author or Keyword

Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II   By: (1706-1790)

Book cover

First Page:

VIE DE B. FRANKLIN, SUIVIE DE SES OEUVRES POSTHUMES.

T. II.

VIE DE BENJAMIN FRANKLIN, ÉCRITE PAR LUI MÊME, SUIVIE DE SES OEUVRES MORALES, POLITIQUES ET LITTÉRAIRES, Dont la plus grande partie n'avoit pas encore été publiée.

TRADUIT DE L'ANGLAIS, AVEC DES NOTES, PAR J. CASTÉRA.

Eripuit coelo fulmen sceptrumque tyrannis.

TOME SECOND.

À PARIS, Chez F. BUISSON, Imp. Lib. rue Hautefeuille, Nº. 20.

AN VI DE LA RÉPUBLIQUE

OEUVRES MORALES, POLITIQUES ET LITTÉRAIRES DE BENJAMIN FRANKLIN, DANS LE GENRE DU SPECTATEUR.

LETTRE SUR LES INNOVATIONS DANS LA LANGUE ANGLAISE, ET DANS L'ART DE L'IMPRIMERIE.

À NOÉ WEBSTER, À HARTFORD.

Philadelphie, le 26 décembre 1789.

J'ai reçu depuis quelque temps, monsieur, votre dissertation sur la langue anglaise. C'est un excellent ouvrage, et qui sera très utile à nos compatriotes en leur fesant sentir la nécessité d'écrire correctement. Je vous remercie de l'envoi de ce pamphlet et de l'honneur, que vous m'avez fait, de me le dédier. J'aurois dû vous offrir plutôt ces remerciemens: mais j'en ai été empêché par une forte indisposition.

Je ne puis qu'applaudir à votre zèle, pour conserver la pureté de notre langue, soit dans l'expression, soit dans la prononciation, et pour corriger les fautes, qui ont rapport à l'une et à l'autre, et que commettent sans cesse les habitans de plusieurs des États Unis. Permettez moi de vous en citer quelques unes, quoique vraisemblablement vous les connoissiez déjà. Je voudrois que dans quelqu'un des écrits que vous publierez par la suite, vous prissiez la peine de les improuver, de manière à en faire abandonner l'usage.

Le premier dont je me rappelle est le mot perfectionné [1]. Quand je quittai la Nouvelle Angleterre, en 1723, je n'avois jamais vu qu'on se fût servi de ce mot que dans le sens d' amélioré , excepté dans un vieux livre du docteur Mather, intitulé: les Bienfaits de la Providence . Comme ce docteur avoit une fort mauvaise écriture, je crus, en voyant ce mot mis au lieu d' employé , que l'imprimeur avoit mal lu le manuscrit[2] et s'étoit trompé. Mais lorsqu'en 1733, je retournai à Boston, je trouvai que cette innovation avoit réussi et étoit devenue fort à la mode. Je voyois souvent que dans la gazette on en fesoit un usage très ridicule. Par exemple, en annonçant qu'une maison de campagne étoit à vendre, on disoit qu'elle avoit été long temps perfectionnée comme taverne; et en parlant d'un homme qui venoit de mourir, on ne manquoit pas d'observer qu'il avoit été pendant plus de trente ans perfectionné comme juge de paix.

Cette acception du mot perfectionné est particulière à la Nouvelle Angleterre; et elle n'est point reçue dans les autres pays, où l'on parle anglais, en deçà, ni au delà des mers.

À mon retour de France, j'ai trouvé que plusieurs autres mots nouveaux s'étoient introduits dans notre langue parlementaire. Par exemple, on a fait un verbe du substantif connoissance . Je n'aurois point connoissancé cela [3], dit on, si l'opinant n'avoit pas , etc. On a fait un autre verbe du substantif avocat , en disant: le représentant qui avocate , ou qui a avocaté cette motion . Encore un autre du substantif progrès ; et celui ci est le plus mauvais, le plus condamnable de tous... Continue reading book >>


Book sections



eBook Downloads
ePUB eBook
• iBooks for iPhone and iPad
• Nook
• Sony Reader
Kindle eBook
• Mobi file format for Kindle
Read eBook
• Load eBook in browser
Text File eBook
• Computers
• Windows
• Mac

Review this book



Popular Genres
More Genres
Languages
Paid Books